Il fut un temps la Nationale 7

Ce reportage se déroule durant une semaine du mois de Juillet 1968. Les journalistes entreprennent un voyage allant de Paris à Nice.

Mais attention ! Pas trop vite sur la route. Emprunter les nationales pour prendre le temps d’apprécier la route et les paysages. Faire de belles rencontres sur les relais routiers et voir le pays tel qu’il est. Aimer la nationale c’est s’encrer dans la France profonde. Quitter l’autoroute. Faites vos courses comme monsieur Barnier sans craindre de vous insérer dans la circulation sur des routes bien mieux sécurisées.

Les voitures sont des tapis volants guidés par une main invisible sur une route de coton. Rien ne peut plus les arrêter. Imbriquées les unes dans les autres. Additionnées, confondues dans une sorte de gigantesque serpent de mer. Elles flottent en direction de cette immense horizon bleu où elles vont s’abîmer.

Les Faleyres, une sacrée belle surprise !

Les Faleyres, une sacrée belle surprise !

Une très bonne adresse pour une pause gourmande sur la route. Loin des sandwiches et des salades Cellophane et cartons. Un vrai bon déjeuner pour à peine plus cher. En sortie de village, après plusieurs ralentisseurs et au dernier virage vers la ligne droite qui file dans la campagne. Je remarque la longue façade vitrée du restaurant Les Faleyres.

Lire la suite
Itinéraires
Recharger ses batteries et voir du pays en quittant l’autoroute

Recharger ses batteries et voir du pays en quittant l’autoroute

Recharger ses batteries et reprendre le dessus sur le stress et la fatigue accumulés durant ces mois de travail, c’est l’objectif numéro 1 du citadin avant de partir en vacances. Mais pourquoi attendre de se retrouver sur la plage avec les doigts de pied en éventail et vivre comme une fatalité d’être coincé dans les bouchons les jours de grand départ ? On peut décider d’être en vacances dès la sortie des grandes villes. C’est possible en choisissant d’effectuer tout où partie de son trajet en empruntant le réseau secondaire.
Ils sont encore quelques privilégiés à choisir de rouler en véhicule électrique avec pour contrepartie d’en faire souvent le second véhicule du foyer de par leur autonomie toute relative. Seuls les propriétaires de véhicules d’une certaine marque américaine envisagent des trajets équivalents en thermique grâce aux fameux Superchargers dont la gratuité s’est achevée en 2017 concernant les nouveaux acquéreurs.

recharger ses batteries et prendre un verre sur la place du village.

Lire la suite

La Brasserie du Midi de Saint-Ulphace

Panneau indicatif Saint-Ulphace pour la Brasserie du Midi.

C’est par un jour froid et neigeux qu’un de mes amis m’invite à découvrir la Brasserie du Midi à Saint-Ulphace. À 15 km au sud-est de La Ferté-Bernard, ce paisible village est niché entre Sarthe et Perche. Et c’est là que la brasserie régale chaque midi de la semaine .
Façade de moellons de quartz et de briques d’une maison de ville typique de la région avec ses rideaux de dentelle à l’ancienne aux fenêtres. Un intérieur chaleureux et confortable d’une dizaine de tables avec ses nappes vichy resserrées dans la salle à manger aux poutres supportant un ensemble d’objets de famille. Déjà attablés, des couples en goguette, des groupes d’amis ou encore des travailleurs de la voirie venus prendre leur pause roborative.

Lire la suite

Le Petit Bar de Bonneval

Le Petit Bar de Bonneval

S’il y a des endroits sur la N11 où s’arrêter se révèle impératif, c’est au « Petit Bar » à Bonneval. Jolie commune du Centre-Val-de-Loire surnommée la « Petite Venise de la Beauce ». Tenue un peu à l’écart de la Nationale qui mène de Châteaudun à Chartres, c’est un peu par hasard et avec la fringale au ventre que nous nous y sommes arrêtés. Et pourtant, Bonneval en Eure-et-Loir (28) recèle de nombreux trésors et avant toute chose le restaurant de Chantal et Fabien qui répond au sympathique nom de « Le Petit Bar ». Lire la suite

Un hamburger en forêt de Pressigny-les-Pins

Un hamburger en forêt de Pressigny-les-Pins

Si l’envie vous prend d’un délicieux hamburger frites préparé avec des produits ultra frais, c’est sur la N7 (D2007) à quelques encablures de Pressigny-les-Pins qu’il faut vous arrêter. Mais rien à voir avec les chaînes de restauration rapide ! À Pressigny il n’y en a point.

Il y a des jours où l’occasion se présente incidemment. Il est 21 h et nous roulons sur la D2007 (ex : RN7) depuis le début de l’après-midi en se disant que l’on ne trouvera plus rien sur la route pour manger un morceau. La nuit ne tarde pas et déjà les villes traversées s’assoupissent tranquillement. Lire la suite